Indemnisation des Accidentés et Traumatisés Crâniens

À propos de...

PROGRAMME D'ACTION 2012 EN FAVEUR DES TRAUMATISMES CRANIENS

ENFIN DES MESURES D'INFORMATION SUR LE TCL

Nous vous présentons ci-dessous l'axe A Mesure II de ce dispositif qui concerne l'amélioration des connaissances sur le TC Léger 

 

Programme d’actions 2012 en faveur des traumatisés crâniens et des blessés médullaires

 

Les traumatismes crâniens, qu’ils soient graves, modérés ou légers, peuvent entrainer des

séquelles durables et être à l’origine de handicaps particulièrement déstructurant pour la vie

personnelle, familiale et sociale de la personne concernée.

Assurer une prise en charge des personnes traumatisées crâniennes et des blessés médullaires

qui soit de qualité, adaptée, coordonnée et continue entre les secteurs sanitaire, social et

médico-social constitue un enjeu important de santé publique.

Le présent plan d’actions s’appuie sur le diagnostic et les propositions de la mission conduite

en 2010 par le docteur Pradat-Diehl, à la demande du premier ministre. Il a pour objectifs

d’améliorer les connaissances sur les traumatismes crâniens et de mettre en cohérence les

dispositifs existant.

Trois objectifs généraux guident ce programme d’actions qui vise à améliorer la qualité de la

prise en charge actuelle, d’optimiser la fluidité du parcours des personnes traumatisées

crâniennes entre les secteurs sanitaire et médico-social et de mettre en place un

accompagnement médico-social adapté à la prise en charge du handicap.

 

Axe A Mesure II : prévenir et protéger Les traumatismes crâniens légers

 

Les traumatismes crâniens les plus fréquents sont les traumatismes crâniens légers qui

représentent environ 80% des traumatismes crâniens pris en charge dans les services

d’urgence. Environ 20% des accidentés gardent des séquelles cognitives et comportementales

invalidantes au long terme. Par ailleurs, de nombreux traumatismes crâniens légers ne sont

pas orientés vers les urgences.

Des études ont montré que 6 mois après un traumatisme crânien léger, près de 12% des

personnes déclaraient des symptômes pouvant être potentiellement liés au traumatisme

(céphalées, fatigabilité, irritabilité, troubles de la mémoire, de l’attention…) et source, pour

plus de 60% d’entre eux, de difficultés dans la vie quotidienne pouvant entraîner des ruptures

sur le plan socioprofessionnel, scolaire, familial, relationnel ou affectif.

Le rôle des médecins libéraux dans le dépistage de ces séquelles est central. Une meilleure

information des patients, dès le service des urgences, afin qu’ils puissent identifier ces signes

est également déterminante.

Il s’agit de prévenir le risque, d’informer les victimes, tout particulièrement au décours de

traumatismes crâniens légers et de favoriser l’accompagnement social des personnes

traumatisées crâniennes par une meilleure connaissance des conséquences de ces

traumatismes : limitations d’activités et de restrictions de participation de la personne dans sa

vie quotidienne, familiale et sociale…

Action : mieux informer les enfants et adultes victimes de traumatismes crâniens légers

Il s’agit d’améliorer la diffusion de plaquettes pédagogiques à l’ensemble des

services d’urgence (adulte et enfant), aux lieux de pratique de sport ou d‘activités

physiques (écoles, collèges, lycées, universités, clubs sportifs, établissements

d’accueil pour enfants ou adultes handicapés, pour personnes âgées...). Cette

action permettra d’informer le public sur le risque de handicap lié aux

traumatismes crâniens.

Ces plaquettes existent : elles mettent en scène le personnage « le chat » de

Philippe Geluck. Ces supports sont attrayants, clairs, et les messages qu’ils

contiennent sont à la fois précis et concis.

Action : sensibiliser les professionnels de santé aux conséquences possibles

à court, moyen et long terme d’un traumatisme crânien léger

. Des supports  d’information seront largement diffusés aux professionnels de santé.

Une meilleure connaissance des répercussions possibles sur la vie sociale,

familiale, scolaire ou professionnelle du traumatisme crânien permet

l’amélioration le repérage des séquelles cognitives et comportementales et

d’orienter la prise en charge et de mieux soutenir l’environnement de la personne.

Acteurs : pilotage Direction Générale de la Santé.

Calendrier : 2012 - 2013

Partenaires : Associations représentatives de personnes traumatisées crâniennes,

associations de patients et familles, sociétés savantes (urgence, médecine générale,

SOFMER…), Collège national des enseignants de médecine générale, centre de

ressource francilien du traumatisme crânien, collectivités territoriale (en particulier

services de PMI des CG), ministère de l’éducation nationale, ministère des sports,

ministère des solidarités, CNSA, InVS, INPES.

Financements : 30 000 euros pour l’année 2012 (budget DGS)

the right to die essay Montana - custom essays services © Copyright 2004-2017 - page mise à jour le 07/02/2012 -